Trois méthodes de travail à mettre en place

le 5 Mai 2020| Tags : travail

Pendant ce confinement, de nombreuses entreprises ont dû adapter leurs conditions de travail pour pouvoir continuer leur activité malgré la pandémie. Pour cela, elles ont mis en place un certain nombre de méthodes de travail et devront continuer à les appliquer même après le déconfinement.

Pour certains, ce ne sont que des « arrangements » temporaires et tout reviendra à la normale une fois la maladie disparue.

Pour moi, c’est une preuve que ces agencements sont possibles et même plus, devraient être rendues disponibles aux employés en temps normal.

Ce sont des valeurs que je défendais dans mon talk réalisé avec Andréa aux Codeurs en Seine en novembre 2019, que je vous invite à visionner sur leur chaîne YouTube et que je suis heureuse de voir en ces temps mouvementés.

Le télé-travail

Toutes les entreprises pouvant mettre en place cette disposition ont été enjointes de le faire dès les premières heures du confinement. Et pour cause, c’était le meilleur moyen d’éviter le contact et donc, la propagation du virus.

Même après le déconfinement, cette précaution reste préférable et il faudra attendre plus longtemps pour revenir à un mode de travail en présentiel.

Mais faut-il revenir à la « normale » ?

Certes, à l’heure actuelle, la plupart des personnes souhaitent revoir leurs collègues, sortir de chez eux et pouvoir travailler autre part que dans leur salon.

Cependant, ceux qui le souhaitent devrait avoir la possibilité de maintenir le télé-travail. Cette méthode a été éprouvée et approuvée pendant ces 5 semaines.

En effet, les avantages du remote sont nombreux : pas de transports à prendre, moins d’interférences dans son travail ou encore organiser son emploi du temps plus librement. Certaines personnes sont plus efficaces en travaillant depuis chez soi et gère mieux leur temps qu’en étant au bureau.

Attention, tout le monde ne peut pas bénéficier de ces avantages selon leur situation personnelle : on pense tout de suite aux parents qui doivent gérer leurs enfants ou encore ceux qui n’ont pas de bureau ou de pièce séparée où travailler.

linkedin_post_nickel

De plus, tout le monde n’a pas cette envie de travailler à domicile. C’est pour cela qu’il faudrait laisser le choix aux employés de pouvoir télé-travailler ou pas. Ainsi, ceux qui ne le souhaitent pas continueront comme avant, et ceux qui en ressentent le besoin pourront en bénéficier.

La communication

De façon globale, la communication est pièce maîtresse dans la cohésion d’une équipe et même d’une entreprise. En temps de confinement, elle devient d’autant plus vitale qu’elle n’est possible que de façon digitale.

Pour cela, les entreprises ont mis en place des échanges en visio-conférence via de nombreux outils, comme Zoom, Meet ou encore Skype, pour effectuer des réunions mais aussi des évènements moins factuels, comme des afterworks ou encore des onboarding.

linkedin_post_doctolib

En télé-travail, pas moyen de poser une question à la volée ou faire une blague pendant la pause, il faut absolument demander à son collègue via un outil de messaging en ligne, comme Slack ou Hangout.

Dans ces moments là, il faut toujours privilégier une communication bienveillante et toujours s’assurer de la compréhension du message. Par exemple, je vous invite à utiliser des smiley ou autres procédés visuels pour éviter tout malentendu et pour transmettre son état actuel.

Mais il ne faut pas tout arrêter quand le déconfinement sera acté.

Ce n’est pas parce qu’on travaille côte à côte qu’il ne faut pas continuer à partager de façon bienveillante, de prendre des nouvelles de l’autre et de demander confirmation, s’assurer que le message entre deux personnes ait bien été compris.

Les horaires décalés

Une fois que les employés se rendront de nouveau à leur lieu de travail, il est conseillé de mettre en place des horaires décalés afin d’étaler la présence dans les transports en commun et donc les contacts.

Ainsi, au lieu de fixer une heure d’arrivée pour tout le monde, on pourrait proposer une fourchette d’heures possibles. On passerait du 9h – 18h traditionnel à un fonctionnement plus souple, permettant à ceux ayant des contraintes personnelles de pouvoir mieux s’organiser.

Encore une fois, on pense aux parents qui doivent déposer leurs enfants à l’école mais aussi à ceux qui doivent faire une heure et demie de voiture et qui aimeraient partir un peu plus tard pour prendre vingt minutes de moins et éviter les heures de pointe.

Le tout est de s’assurer d’avoir une présence minimum dans l’entreprise et de préconiser une tranche horaire où tous les collaborateurs doivent être présents.


Et vous, qu’en pensez-vous ? Même si vous n’êtes pas adepte vous-même de ces méthodes, pensez-vous qu’elles peuvent être mises en place pour ceux qui les désirent ?

Rejoignez-moi sur les réseaux sociaux !